News fraiches

Et si on parlait cinéma et anecdotes de salles ?

Aujourd’hui on ne se retrouve pas pour un article sur un spin off Star Wars ou une critique sur le dernier Jurassic World. Non. Aujourd’hui j’avais envie de vous parler en face à face parce que “j’en ai gros”. Oh oui j’en ai gros. 

Cela fait maintenant plus de 20 ans que je consomme du cinéma. Cela fait plus de 20 ans que je vais voir des films que j’attend avec une impatience d’enfant innocent. Cela fait 20 ans que mes parents m’ont appris à me tenir en société et au cinéma. Malheureusement ce n’est pas le cas de tout le monde. C’est de cela dont nous allons vous parler aujourd’hui.

Il est de bon ton de dire que Netflix et la VOD en général vont tuer notre façon de consommer le cinéma mais il n’en est rien. Le cinéma en salles va bel et bien mourrir mais, pour moi, ce n’est en rien la faute de Netflix mais plutôt celle des exploitants et des spectateurs. On s’explique.

Un coup dans le siège ça passe, deux ça commence à saouler. Et quand ça fait 20 minutes, que faites-vous ? Qui n’est jamais sorti d’une salle avant la fin d’un film parce que l’ambiance était insupportable à cause d’une seule personne sur les 200 présentes ? Qui n’a jamais rongé son frein à cause d’un voisin ne sachant pas manger correctement son pop-corn ? Qui n’a jamais eu envie de hurler à toute la salle de fermer sa gueule et de regarder le film en silence ?

En effet, il est de plus en plus difficile de se motiver à prendre le chemin d’une salle obscure afin d’aller y visionner un futur chef d’oeuvre sans se dire “et si la séance était encore gâchée par des personnes minoritaires qui ne savent pas se tenir ?

Je vais vous raconter plusieurs histoires afin que vous puissiez vous rendre compte de ce que l’on peut vivre comme expérience dans une salle de cinéma et aussi vous rendre compte que tout le monde a déjà vécu au moins une fois l’une de ces expériences désagréables. Chaque histoire sera accompagnée de solutions proposées afin que personne n’ait à revivre des séances pareilles. Qui sait, nous allons peut-être sauver le cinéma finalement !

JURASSIC WORLD : FALLEN KINGDOM :

Cet exemple date d’il y a quelques semaines… C’est encore assez frais dans ma tête pour vous en parler en détails. Accrochez-vous, il y a du lourd à venir.

“Hey les enfants ! Et si on allait voir le dernier Jurassic World en famille avec la famille de tonton ?” Voila comment ce calvaire à du commencer. Déjà mec, pourquoi tu emmènes tes gosses voir un Jurassic Park / World. Ce ne sont pas simplement des films sur des dinosaures tel “petit pied”, non, ce sont des films à suspens avec des membres coupés. Alors oui certains de ces films sont tout public, ce qui n’est pas normal, mais il suffit de connaitre un temps soit peu la saga pour savoir que ce ne sont pas des films pour les gosses.

Bref, les enfants sont là, dans cette petite salle avec leurs pop-corn, leurs boissons, leurs chips. Si vous vous posiez encore la question, la réponse est oui ! Oui c’était bien un putain de buffet à volonté.

Je vais passer outre tout ce qui s’est passé avant la séance, soit le fait de courir entre les sièges, d’aller toucher l’écran, de hurler dans la salle, le tout devant des papas passifs et complètement absents. Non, là nous allons simplement parler de la projection.

Entre les bruits de paquets de chips éventrés, les pop-corn et les bonbons, je ne vois pas comment les parents faisaient pour se concentrer devant le film… Il a suffit d’un regard pour comprendre… Les papas étaient tranquillement sur leurs téléphones à faire des paris sur Winamax… Comment voulez-vous dire aux papas de demander à leurs enfants de faire moins de bruit quand eux-mêmes ne connaissent pas les règles d’une salle de cinéma. Ce n’est pas au spectateur de faire la loi dans la salle. Donc, entre la pollution sonore et la pollution visuelle la séance était plutôt sympa à suivre… mais ce n’est pas fini.

Que se passe t-il quand le film a commencé depuis plus d’une heure et que les enfants se sont gavés de boissons sucrées ? Une bonne grosse envie de faire pipi ! Et c’est parti pour les aller-retours aux toilettes. Ne voulant pas laisser les enfants seuls, les papas ont du se succéder à la corvée de pipi de leurs progénitures… Et oui messieurs, la vessie d’un enfant ne peut contenir 1 litre de coca plus d’une heure !

Alors attention je ne blâme pas les enfants car ce n’est pas à eux de faire leur propre éducation, je blâme les parents et les gérants de la salle. Les parents car il est honteux de les avoir emmené voir ce film violent tout en le sachant et en ne faisant rien pour les canaliser, et je blâme les gérants de la salle de les avoir laissé entrer et de ne pas venir de temps en temps jeter un coup d’oeil dans la salle afin de voir si tout se passe pour le mieux.

Baby Driver :

Cette histoire a débuté bien avant la séance et était déjà révélatrice de ce qui allait se produire dans la salle. J’attendais patiemment d’aller prendre mon ticket pour aller voir Baby Driver. Vient mon tour, j’enlève mon casque de mes oreilles et j’engage l’acte d’achat avec la vendeuse. Tout se passe bien, j’ai ma place et attends mes pop-corns et LA, sorti de nulle-part, une femme complètement shootée / bourrée demande une place à la guichetière. Je lui fais signe que je n’ai pas fini et qu’elle doit attendre son tour mais elle ne bouge pas. Elle finit par bouger quand la vendeuse lui dit gentillment d’attendre son tour.

Je vais m’asseoir dans la salle, pépouze avec mon pop-corn et je vois la femme bourrée / shootée qui vient s’installer avec son mec et un sac en plastique qui fait un étrange bruit de bouteilles qui s’entrechoquent… Là frère, tu sais que ça ne va pas le faire… Je change donc de place en me disant qu’ils vont juste boire et rien de plus… et bien ce qu’il s’est passé c’est pas “rien de plus…” Oh non…

A chaque nouvelle chanson dans le film (et il y en a beaucoup, c’est un peu le concept du film), ils se mettent à gueuler, trinquer, se lever, roter. Bref c’est l’enfer. Une personne leur fait rapidement et gentillment remarquer qu’ils font beaucoup de bruit. Ils s’excusent et repartent de plus belle. Au bout de la 3e fois, ça ne devient plus gentil… Je décide de hurler “vous allez la fermer votre putain de gueule”, et la seule réponse que j’ai eu c’est un “vas te faire enculer”… OK… Que faire ? Aller voir les gérants ? Oui mais du coup je vais rater des moments clés du film… Par chance ils se sont vite retrouvés à sec de boissons alcoolisées et ont décidé de partir, en prenant soin de laisser les déchets sous les sièges.

Une fois le film fini, je suis encore en mode vener et je décide de me rendre au guichet afin d’en toucher un mot à la personne qui leur a vendu les places. La seule réponse que j’ai eu c’est : “on n’allait tout de même pas leur refuser de leur vendre des places ?”

Alors à qui revient la faute ? Et bien aux gérants et à leur politique de vente. Je ne dis pas qu’il faudrait faire passer un éthylotest aux personnes suspectes mais là il y avait tout de même plus que des suspicions ! Je l’ai senti à l’odeur que la femme était bourrée quand elle a tenté d’acheter sa place en même temps que moi.

Gravity :

Alors là, je préfère vous prévenir tout de suite, on va atteindre un niveau de connerie extrêmement élevé. Il va s’agir d’une seule personne qui va gâcher la scène / le plan d’ouverture de 17 minutes du chef d’oeuvre d’Alfonso Cuaròn : Gravity. Qu’on aime ou non ce film il y a un élément que l’on ne peut pas réfuter, son réalisme.

Si “Dans l’espace personne ne vous entend crier” était vrai pour Alien, il ne l’était pas pour cette séance Imax à 15 euros de Gravity. Là nous étions plutôt sur du “Dans l’espace TOUT LE MONDE vous entendra mâcher vos chips comme un GROS FDP DE DEGUEULASSE”.

En effet, un homme avait eu la bonne idée d’ouvrir son paquet de chips au tout début du film alors que les divers protagonistes flottent dans l’espace dans un calme olympien.

Amis exploitants, quand vous savez que le film demande une concentration optimale, agissez en conséquences ! Vous en êtes capables en plus ! Vous voulez un exemple ? Sans un bruit.

Dans le film Sans un bruit les dialogues sont réduits au minimum. Et oui, le pitch de ce long métrage est le suivant : pour échapper à des créatures dotées d’une ouïe ultra-fine, les habitants d’un monde dystopique ne pourront survivre qu’en faisant le moins de bruit possible.

En faisant un parallèle entre d’un côté un film assez silencieux et de l’autre des spectateurs qui se croient dans leur salon, les cinémas Gaumont Pathé ont décidé de remplacer les bruyants pop-corns par des chamallows silencieux.

OK donc……… *inspire un grand coup* C’ÉTAIT POSSIBLE TOUT CE TEMPS ET VOUS N’AVEZ JAMAIS PENSÉ LE FAIRE POUR D’AUTRES SÉANCES ????

Non mais sérieusement. Cette solution est top ! Démocratisez-là pour certaines séances. Faites-les même payer plus cher et vous aurez quand-même la queue et des salles blindées !

Pour les 2 derniers points que nous souhaitions aborder, il ne sera pas question d’une expérience en rapport avec une séance en particulier avec “anecdok” à l’appuie mais de 2 gros soucis, récurrents (oui comme les précédents).

Les personnes en retard :

T’es en retard pour la séance, pas grave c’est les pubs. T’es en retard pour le début du film tu n’entres pas. Fin du game.

Comment ça c’est pas possible ? Et le cas Psychose alors ?

Sir Alfred Hitchcock  a imposé des règles strictes à l’entrée des cinémas pour la sortie de Psychose : “Vous devez voir Psychose dès le début et jusqu’à la fin pour l’apprécier vraiment. C’est pour cette raison que personne ne sera autorisé à entrer dans la salle après le début de la séance. Nous disons bien, personne, absolument personne, pas même le frère du directeur, le Président des États-Unis ou la reine d’Angleterre (Dieu la bénisse)!”

Vous voyez que c’est possible amis exploitants ?

Dernier point et c’est du lourd… vous êtes prévenus…

Les snaps et autres stories :

Ah ça on vous avait prévenus que le sujet était vaste. Du coup on vous a gardé le meilleur pour la fin. Alors oui il est écrit dans les salles que les téléphones doivent être éteints avant le début du film. Alors oui, il y a régulièrement un message de prévention avant le début du film. OK on sait tout ça mais ça ne règle pas le problème de Jean-Kevin et Samantha qui veulent absolument montrer à leurs 150 followers insta et snapchat qu’ils sont namoureux et qu’ils partagent un bon moment devant le dernier Marvel.

Alors ils ne vont pas partager ça au moment des pubs ! Non ! Voir un M&M’s rouge parler à un M&M’s jaune n’a rien d’instafun ! Non eux ce qu’ils veulent c’est partager un morceau du début du film à leur grande communauté. Du coup ils vont attendre le début du film pour débuter leurs stories instagram / snapchat.

Entre la luminosité de l’écran qui va gêner plusieurs rangées derrières et sur les côtés et, régulièrement, l’oubli du flash on se retrouve avec des crétins (oui parce que Jean-kevin et Samantha ne sont pas seuls à faire ceci) qui vont attendre le début du film pour commencer à emmerder leur monde avec leur vie de merde. Ça y est je suis salé. Non mais si c’était qu’au début du film c’est relou mais bon ça dure 3 minutes et on passe à autre chose. OUI MAIS NON !!! Non aprce qu’après il faut en poster d’autres, checker les stats, répondre aux commentaires, manger du pop corn et des chips, boire du Coca Cola et aller pisser…. Bref c’est sans fin.

Et si nous proposions une solution aux exploitants, avec le soutien des producteurs ? La voici…

Plutôt que de mettre un message de prévention qui ne sert à rien avant le début du film, pourquoi ne pas proposer l’instant “partage” ?

Quelques visuels du film avec une voix off qui explique que le film va débuter dans quelques minutes et que s’ils veulent partager à leurs amis c’est maintenant !

Les maisons de production font bien des bandes annonces dans tous les sens, pourquoi ne pas en faire une spéciale avant le début du film ?

Voici un exemple :

Intérieur jour – salle de cinéma.

Jean-Kevin et Samantha s’apprêtent à voir le dernier Avengers. Soudain les pubs finissent et les lumières s’éteignent. 

Voix off sur fond noir (ou logo en rapport avec l’oeuvre qui sera projeté) : “Mesdames, mesdemoiselles et messieurs” veuillez sortir vos téléphones. Nous avons un message important à vous partager et nous aimerions que vous le partagiez également. Vous êtes sur le point de visionner le dernier né du Mavel Cinematic Universe Avengers : End War et l’un des personnages a un message important à vous communiquer”

Fondu au noir (ou au blanc, balek)

Scarlett Johansson (en vo sous-titré vf) : “Salut les gars, l’ensemble des Avengers vous souhaite la bienvenue pour cette nouvelle aventure. Nous vous souhaitons un agréable moment en notre compagnie. Nous avons tout donné pour vous offrir le film le plus parfait possible alors installez-vous confortablement et profitez. A bientôt, ou pas !”

Fondu au blanc (important pour ne pas se retrouver dans le noir complet avec plein de téléphones allumés).

Voix off sur fond blanc + logo : “Merci à toutes et tous d’être ici pour vivre ensemble cette expérience dans nos cinémas Gaumont Pathé (ou autre). Nous vous laissons quelques instants pour partager votre vidéo et mettre vos téléphone en mode avion. Très bon film à tous DANS LE CALME PUTAIN ! “(bon peut-être pas dire la fin de la phrase hein !).

Fondu au noir

Film.

Alors qu’en pensez-vous ? Ca aurait de la gueule, n’est-ce pas ?

Conclusion de tout ceci : Comme vous le constatez chaque fois que vous allez au cinéma voir un film, il est de plus en plus rare de le voir dans de bonnes conditions. Il appartient à chacun de faire des efforts mais aussi et surtout aux exploitants et producteurs. Sans efforts de leur part le cinéma mourra, c’est une certitude.

 

Commentaires

comments

A propos hidecut (530 articles)
Administrateur principal du site. Passionné et à ton service ma poule! Si tu as des suggestions, c'est ici qui faut nous les adresser: vincent@hidecut.com / contact@hidecut.com