News fraiches

La « To do List » au cinéma et dans les séries

Vous n’êtes pas sans savoir que les « to do list » sont le coeur du scénario de bon nombre de films ou de séries. On fait le récap’

La quête menée par les personnages résulte est souvent motivée par un désir de vengeance suite à un drame ou une injustice alors il est assez logique de se dire qu’en fait, nous n’avons pas besoin de liste pour nous souvenir des personnes qui ont pourris notre vie. Mais alors quelle est sont utilité ?


Dans le 1er volet du film Kill Bill, certains noms sur la liste de Béatrice Kidow sont déjà rayés. Nous savons que Tarantino aime que ses scènes ne s’enchaînent pas de manière chronologique. Or, dans Kill Bill, le fait que certains noms soient déjà barrées ne laissent aucun doute sur l’issue du combat. De plus, cela éveille la curiosité du spectateur car les noms que nous pouvons lire sont des pseudos ce qui laisse un certain flou sur qui est qui.

La to do list, est aussi un leitmotiv, un reminder, une façon pour le héros de ne jamais se laisser distraire ou s’éloigner de son objectif ou de sa quête de vengeance.

Dans Memento, les frères Nolan justifient les tatouages du héros qui souffre d’amnésie antérograde, c’est-à-dire qu’il n’a plus de mémoire à court terme. Le héros décide donc de transformer son corps en « pense-bête » pour ne jamais oublier le meurtre de sa femme à qui il décide de rendre justice. Mais au-delà de cette méthode, nous pouvons déduire que c’est aussi une manière pour le héros de Memento de donner un sens à sa vie. En effet, ayant perdu sa femme et une capacité cognitive important, la poursuite d’une quête de vengeance lui permet aussi de ne pas sombrer dans la folie.

     

Cette méthode est utilisée dans certaines séries, afin de lui donner une certaine longévité. En effet, à moins de faire exploser un immeuble où ils se trouvent tous, il lui faut être subtil et surtout être patient pour coincer tout ce beau monde.

   
D’ailleurs, ce n’est plus une simple liste, elle nécessite un carnet entier comme c’est le cas par exemple dans la série « Arrow », « Revenge » ou encore « The Black list ».

Il n’y a pas que les listes de vengeances. Il y a aussi celle qui sauve des vies

L’un des listes les plus tristes du cinéma est, sans doute, la Liste de Schindler. Rappelons que cette liste de 1100 juifs qui seront sauvés grâce à Oscar Schindler qui, officiellement, emploie des juifs pour son usine. C’est bien le cas mais c’est aussi la liste de ceux qu’il sauvera des camps.

Le point commun entre tous ces personnages et qu’ils refusent de subir. Par ces listes, il gardent en tête qu’ils ne seront pas des victimes et au fur et à mesure, ils vont devenir des héros ou des anti-héros (« Kill Bill). Cette décision de rendre les coups, de rendre la justice et d’assouvir un but personnel qui peut devenir collectif (« Arrow », « la Liste »).

Commentaires

comments