News fraiches

On a vu San Andreas, voici notre critique

Avant de commencer il va falloir poser quelques bases élémentaires mais indispensables. Nous allons prendre  le film tel qu’il doit être pris, à savoir du pur cinéma de divertissement. Ni plus, ni moins. Maintenant que c’est dit, avançons.

Avant d’aller voir San Andreas il était logique de penser que tout avait déjà été fait en terme de film catastrophe, Roland Emmerich ayant fait plus de 80% du travail avec Independance Day (même chef-décorateur – Barry Chusid), Le jour d’après et 2012. Après avoir vu San Andreas notre crainte est justifiée.

image-969-1820

 

[spoiler title=’En effet,…’ collapse_link=’false’]… lorsque la tristement célèbre Faille de San Andreas s’ouvre, et provoque un séisme de magnitude 9-plus en Californie, un pilote d’hélicoptère de secours en montagne (Dwayne Johnson – The Rock) et la femme dont il s’est séparé (Carla Gugino) quittent Los Angeles pour San Francisco dans l’espoir de sauver leur fille unique. Alors qu’ils s’engagent dans ce dangereux périple vers le nord de l’État, pensant que le pire est bientôt derrière eux, ils ne tardent pas à comprendre que la réalité est bien plus effroyable encore…[/spoiler]

“Le panneau Hollywood n’existe plus” Le jour d’après

Et oui, les phases de tremblement de terre rappelle celles de 2012 (la scène avec la limousine et celle en avion lorsque la famille de John Cusack quittent la ville, entre autre).

[spoiler title=’Pour ce qui est de la phase… ‘ collapse_link=’false’]… Tsunami, on retrouve celui déjà célèbre du Jour d’après en plein New York[/spoiler]

[spoiler title=’Pour ce qui est des éboulements…’ collapse_link=’false’]… de bâtiments on en revient à Independance Day et 2012…[/spoiler]

Nous avons également le point de vue du scientifique qui ne peut que prévenir une population déjà meurtrie de quitter une ville qui n’existe plus (coucou Le jour d’après), le point de vue du lâche (coucou 2012), la famille à sauver (coucou tous les blockbusters!).

Bref rien de nouveau mais malgré tout ceci le moment passé en salle est assez agréable.

Le film prend le temps de nous présenter les personnages les uns après les autres de façon efficace (avec même quelques private jokes), nous exposer une famille avec une histoire difficile (re-coucou 2012) mais avec un père de famille POUR UNE FOIS à la hauteur. Pas le temps de lâcher des petites punchlines durant les scènes où lui et / ou sa famille sont en danger. On tente de sauver tout le monde et de fuir. Voici donc en quoi San Andreas est réussi, si humour il doit y avoir, humour il y aura mais ce n’est pas le but du film et ça Brad Peyton (le réal) l’a très bien compris. Il met en scène Dwayne Johnson – The Rock de façon efficace sans chercher une seule seconde à l’épargner, même durant certaines cascades dangereuses que The Rock a souhaité réaliser himself pour un maximum de réalisme.

“SAN ANDREAS un film qui fait vraiment battre le cœur du spectateur” Dwayne Johnson

 

image-969-1964

Durant la phase de promotion,  Dwayne Johnson a déclaré:

“Quand un tremblement de terre frappe, on ne peut s’y attendre. Les plaques tectoniques bougent et cela peut déclencher des répliques et même des séismes consécutifs : on essaie de survivre et chaque seconde est une seconde de gagnée : c’est ce qui fait de SAN ANDREAS un film qui fait vraiment battre le cœur du spectateur. Ça ne cesse de nous hanter.

Avec un tel film, tout est question d’échelle et de dimension. On imagine le plus grand tremblement de terre que la Terre ait connu, et on se demande à quoi cela peut ressembler pour le spectateur…”

Et il a raison. Même si le scénario de San Andreas est cousu de fil blanc et ce malgré quelques rebondissements plutôt bien pensés, le fait que les personnages soient au coeur d’un danger constant de façon réaliste sur une thématique qui peut toucher une grande ville à tout moment, nous plonge vraiment dans le film pour ne plus en sortir. Il y a des morts (mais pas de corps), certaines sont même assez violentes (quelles soient au premier ou second plan), il y a des blessés, il y a du réalisme et c’est vraiment grâce à tout ceci que ce film est une “petite réussite”.

how-dwayne-the-rock-johnson-lays-the-smackdown-on-social-media-1f11c8b72f

 

Dernier point et pas des moindres qui, pour certains est un problème de taille et pour d’autres du pain béni. Alexandra Daddario.

9se6Obx
Quand je parle de taille je parle au sens premier du terme, sa poitrine.

Alors certains vont se demander pourquoi j’en parle mais croyez-moi c’est tout à fait justifié. Cette jeune fille est vraiment magnifique et possède une poitrine vraiment avantageuse.

Le soucis? Bien dans San Andreas il s’agit de la fille de Dwayne Johnson, ce qui veut dire qu’elle ne doit pas avoir plus de 17 ans! Sans vous mentir certains plans auraient pu avoir le fond vert en second plan qu’aucun mec ne s’en serait aperçu tellement le réal kiffe la poitrine proéminente d’Alexandra Daddario.

Donc pour les mineurs qui sont parmi vous faites vous plaisir, pour les vieux cochons comme moi sachez qu’Alexandra Daddario à 29 ans.

Donc tout va bien aux yeux de la loi…

Et vous, avez-vous apprécié San Andreas? Notez le film en haut de l’article!

 

FICHE FILM

Commentaires

comments

A propos hidecut (541 articles)
Administrateur principal du site. Passionné et à ton service ma poule! Si tu as des suggestions, c'est ici qui faut nous les adresser: vincent@hidecut.com / contact@hidecut.com