News fraiches

Wonder Woman – La critique du film, sans spoiler

Après le très décevant Batman V Superman, qu’en est-il du dernier venu du DCEU, Wonder Woman ? Verdict dans cette nouvelle critique, toujours sans spoiler. 

Synopsis : Avant Wonder Woman, il y avait Diana, princesse des Amazones, formée pour être une guerrière invincible. Élevée sur une île paradisiaque reculée, Diana quitte son foyer quand un pilote américain se crash sur leurs rivages et parle d’un conflit massif qui fait rage dans le monde extérieur. Diana, convaincue qu’elle peut stopper la menace, décide de partir de son île. Combattant aux côtés de cet homme dans une guerre qui doit mettre fin à toutes les guerres, Diana va découvrir l’étendue de ses pouvoirs… et son vrai destin.

Casting : Gal Gadot, Chris Pine, Connie Nielsen, Dany Huston, Robin Wright, Saïd Taghmaoui, David Thewlis, Ewen Bremner, Elena Anaya, …

La critique : Dernier rappel, cette critique ne contient aucun spoiler. 

Il y a bien longtemps que nous attendions ce type de film à la rédaction. Voici venu le dernier né du DCEU et le premier blockbuster Warner Bros. / Dc Comics avec une héroïne.

Disons-le tout de suite afin de supprimer toute ambiguïté, nous n’étions pas « foufou » à l’idée de découvrir ce film. La raison est toute simple : DCEU.

Il faut dire que le projet conjoint de la Warner Bros. et de DC Comics ne donne pas franchement envie. Même si le futur de ce projet semble…prometteur, son passé, avec le pitoyable Batman V Superman nous avait complètement refroidi. Mais Wonder Woman est arrivée et la donne a changé. Nous arrivions façon moonwalk pour la projection, nous sommes repartis le sourire aux lèvres et des cheveux en moins.

Wonder Woman est une réussite sur plusieurs points. Mais, comme à notre habitude, nous allons démarrer par ce qui ne va pas. Ne vous inquiétez pas, ce moment va vite passer…

Pour commencer, certains effets spéciaux de ce film sont affreux. Sur certains plans, Patty Jenkins (la réalisatrice) aurait mieux fait de prendre le parti de laisser les fonds verts plutôt que de tenter d’y mettre un paysage, aussi beau ou flou soit-il (suivant les plans).

En effet, il est fort probable que certains plans soient flous non pas par soucis ou incompétence lors du tournage mais par manque de moyens pour camoufler des effets spéciaux lamentables. C’est fort dommage car l’île des Amazones est superbe et aurait mérité un meilleur traitement de faveur de la part du studio.

Ceci étant dit, nous ne pouvons jeter la pierre à la réalisatrice qui n’a eu droit qu’à un budget de 130 millions d’euros pour une origin story à mettre en scène. A titre de comparaison, Man of Steel avait coûté 225 millions et Batman Superman : 250 millions.

Autre point négatif, le syndrome « Pirates des Caraïbes ». Des morts par centaines, par balles, explosions, épées, … et quasiment pas une goute de sang. Bien dommage car le sang c’est la vie et sans la vie… Enfin bref, vous avez saisi l’idée.

Passons maintenant au positif. TOUT LE RESTE !

La mise en scène de Patty Jenkins est géniale. Dynamique mais pas illisible. Il y a juste ce qu’il faut de dynamisme pour suivre le personnage de Diana devenir l’héroïne qu’elle a toujours voulu devenir.

D’ailleurs, avant de voir ce film, certains d’entre vous vont se demander à quel moment Diana devient Wonder Woman. Ne vous inquiétez pas, quand vous sentirez les poils de vos avant-bras se hisser vous saurez que c’est maintenant. Et oui, à titre personnel, il est bien possible qu’à ce moment là j’ai aussi perdu quelques cheveux tellement ils se sont hérissés sur ma tête (voilà c’était l’instant perso!).

Nous notons également une belle complicité entre Gal Gadot (Diana / Wonder Woman) et Chris Pine (le pilote américain Steve Trevor). Leur relation à l’écran sonne juste et la mise en scène de Patty Jenkins autour de ces deux personnages est vraiment une réussite, que ce soit pour les scènes d’action ou des moments de complicité.

Autre élément important dans la réussite du film, et pas des moindres, la bande originale du film signée Rupert Gregson-Williams (petit frère de Harry Gregson-Williams) compositeur du dernier « Tarzan » et « Tu ne tuera point » de Mel Gibson.

La bande originale de Wonder Woman est géniale du début à la toute fin. Il est vrai aussi que Rupert Gregson-Williams a été aidé dans la construction de sa bande originale par un thème généralissime composé par Hans Zimmer, à l’occasion du raté Batman v Superman. Vous constaterez que le thème est une telle réussite que c’est en grande partie grâce à lui que vos poils vont se hisser sur vos bras.

Conclusion : Il semble que la Warner Bros n’aie pas eu spécialement envie d’y croire avec Wonder Woman en donnant le juste nécessaire afin que le projet puisse tenir la route. Et c’est bien dommage car Wonder Woman fait plus pour le DCEU que le trop cher Batman V Superman. Il apporte de la fraicheur et du renouveau et donne de l’espoir pour la suite du DCEU. Wonder Woman propose des combats dantesques mis en scène et coordonnés avec justesse et c’est ce qu’on attendait depuis des années pour le bien-être du DCEU.

Wonder Woman : Sortie nationale le 07 Juin 2017

Commentaires

comments

A propos hidecut (491 articles)
Administrateur principal du site. Passionné et à ton service ma poule! Si tu as des suggestions, c'est ici qui faut nous les adresser: vincent@hidecut.com / contact@hidecut.com